Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par evilbassfishing.over-blog.com

En vacance dans ma région natale, difficile de ne pas trouver le temps d'une session avec David pour crapahuter dans les roubines camarguaises entre Arles et Aigues-Mortes comme au bon vieux temps!

Mais la pêche n'étant pas l'objectif premier de mon séjour, je me suis limité à du matériel peu encombrant. J'ai donc emporté avec moi seulement une canne à mouche et une canne SAKURA Shinjn Néo 704H. Les Shinjin Néo en 4 brins et leur encombrement d'au maximum 60cm, sont vraiment idéale pour les baroudeurs...

Chaud, chaud, chaud!!!

Après une longue marche sous une chaleur étouffante, nous entamons notre prospection sur une zone que nous n'avions jamais testée par le passé.

Je commence en péchant à la mouche, tout simplement pour tester certaines de mes créations montées durant l’hiver.

Mon imitation d'écrevisse en peau de lapin coule lentement et je la récupère par petites tirées entrecoupées de poses.

 Imitation d'écrevisse maison!

Imitation d'écrevisse maison!

A mi-chemin de ma récupération, une violente touche résonne dans ma canne. Je suis surpris, mais par réflexe je parviens à ferrer le poisson. La canne est pliée! Avec une canne à mouche dans cet environnement ultra encombré, le combat est compliqué. Seul le bruit des rushs en surface nous informe sur la position du poisson, car les roseaux en bordure sont si denses, qu'il nous est impossible de le voir. David se fraye un passage dans la végétation et se saisit du poisson. Ce n'est qu'à ce moment que nous l'identifions.

C'est un brochet correct pris à la mouche, qui ouvre les hostilité!

Pike on the fly!!!

Pike on the fly!!!

Quelques minutes plus tard alors que David est pendu... au téléphone, je prospecte à la frog. Toujours sans rien voir à cause de la végétation abondante en bordure, je ramène mon leurre en surface sans réellement savoir où il est. J'ai quasiment terminé ma récupération qu'un bruit sourd ressemblant à un gros gobage résonne de l'autre coté du mur végétal. La lourdeur dans ma Shinjin Néo ne laisse aucun doute; Poisson!!!

Mais encore une fois la végétation rend la manœuvre compliquée. J'arrive tant bien que mal à me faufiler au travers des roseaux et agripper le poisson. C'est un beau bass, Il est si large que nos pronostiques sur la mesure sont plus qu’exagérés. Heureusement la toise nous ramène à la réalité : 54cm!

Canne : SAKURA Shinjin Néo 704H - Moulinet : SAKURA Oxio 71 CTi

Canne : SAKURA Shinjin Néo 704H - Moulinet : SAKURA Oxio 71 CTi

C'est deux premières prises, en moins d'une heure, nous laissent imaginer que cette journée va tenir toutes ses promesses.

Mais il fait une chaleur torride et à part un autre gros bass décroché, l'activité devient très calme.

Les conditions de pêches deviennent très compliquées. Heureusement David réussit à capturer quelques poissons en texan dans les quelques postes isolés.

Chaud, chaud, chaud!!!

Mais sous cette canicule, notre réserve d'eau diminue à vue d’œil. Il est trois heures de l'après-midi et nous décidons de nous en tenir là pour aujourd'hui...

Sur le chemin du retour David me distance. Sachant que je ne vais pas revenir là de si tôt, j'essaie de grappiller quelques touches en m'écartant du chemin principal. Quant à l'approche d'un des seuls arbres qui bordent cette roubine une grosse masse noire bouge. Un vieux taureau se tient face à moi à moins de 5 mètres. Je tente de l'effrayer, mais rien n'y fait. Il est là, ses cornes dressées et son regard figé. A cet instant, je réfléchi vite au peu de solutions de replies qui s'offrent à moi ( courir ne servirait à rien ; il va donc falloir que je plonge à l'eau...) Mais, le taureau me lance un dernier regard dédaigneux et s'en va tranquillement. Pas très rassuré, je rejoins David et lui raconte ma rencontre.

Non loin de là un petit troupeau de jeunes taureaux plus tranquille accepterons même de poser avec nous pour une dernière photo avant de partir.

Chaud, chaud, chaud!!!

Cette session nous aura vraiment donné chaud!!!

@+

Commenter cet article